Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine architectural » De l'art dans le métro léger ?

De l'art dans le métro léger ?


Le Métro Léger de Charleroi - ou MLC - a été imaginé fin des années 1960, en même temps que le futur métro lourd de Bruxelles et le pré-métro d'Anvers.

Le Métro Léger de Charleroi à Marchienne, en bord de Sambre

Pour ces trois réseaux, l'objectif est identique : fournir un moyen de transport moderne et rapide aux habitants et utilisateurs des transports en commun. Si la vitesse et la fréquence sont deux éléments constitutifs d'une offre de qualité, la qualité architecturale des stations influence la perception du réseau et le bien-être des navetteurs. Le métro est avant tout un moyen de transport, mais rendre les déplacements agréables est un plus non négligeable. 

A Charleroi, quelques stations proposent des oeuvres, parfois inconnues ou méconnues des utilisateurs du réseau du métro léger, réalisées par des artistes de la région, ou rendant hommage au patrimoine architectural, culturel et industriel régional.

Il fut décidé dans le cadre de l'extension du métro en 2012 de rénover certaines stations dont la décoration était quelque peu désuette et ne correspondait plus aux goûts actuels. L'opération de modernisation vise également à diminuer le sentiment d'insécurité éprouvé dans certaines stations relativement sombres, héritage de la décoration initiale basée sur des gammes de couleurs brun-orangés. Plusieurs stations ont depuis été rénovées et présentent un nouveau visage.

Quelques-unes de ces oeuvres et ensembles architecturaux sont à (re)découvrir dans les stations Parc, Janson, Beaux-Arts, Waterloo, De Cartier, Gilly, Ouest, Marabout, Madeleine, Dampremy.


Station "Parc"

La station fut mise en service le 30 août 1996. Elle est entièrement dédiée au monde de Lucky Luke, miroir souterrain de la statue équestre du cow-boy qui prend place dans le parc Reine Astrid, au-dessus de la station. D'un côté du quai, une fresque murale dédiée à Lucky Luke et aux héros de la série : Jolly Jumper, Kid Bill, les Daltons, Rantanplan, etc. De l'autre côté du quai, le mur accueille une mini bande dessinée des Daltons se préparant à attaquer un train.

Les détails de la décoration de la station ont été pensés afin de les intégrer dans le monde du Far-Wast : les lampadaires sont en forme de cactus, les mosaïques murales font référence à la flore des déserts,...

­ Station de métro Parc
Rue Willy Ernst
6000 Charleroi

Métro Parc


Station "Janson"

La station Janson se situe sur la boucle centrale du métro léger de Charleroi. C'est l'architecte Jean Yernaux qui s'est occupé de l'aménagement de la station, entièrement vouée aux personnages des éditions Dupuis, dont les bureaux se situent à quelques kilomètres seulement. Cette station, inaugurée en 1996 est, avec la station Parc, un mini musée de la bande dessinée à Charleroi : on y retrouve Spirou et Fantasio, Sammy, les Schtroumpfs, Gaston Lagaffe, Soda, Sybilinne, Natacha, Toupet,... enfants de l'Ecole de Marcinelle.

­ Station de métro Janson 
Boulevard Paul Janson - Boulevard Zoé Drion
6000 Charleroi

Métro Janson


Station "Beaux-Arts"

Le Groupe Structure de Bruxelles est l'auteur de la station Beaux-Arts, noeud important du transport en commun à Charleroi. Son importante situation lui vaut une décoration grandiose, voire surdimensionnée. La station est un immense volume rythmé par une colonnade axiale ainsi que de prises latérales de lumière extérieure. Plus l'on pénètre dans la station et plus les couleurs se font ressentir ; la fin des quais présente ainsi un orgue multicolore. Sur un quai le long des voies, depuis le 5 septembre 1984, une ancienne motrice et remorque de la S.T.I.C. (Société des Transports Intercommunaux de Charleroi, connus sous le nom de "trams verts" à Charleroi) servent de décor, clin d'oeil au passé des tramways carolos, qui desservaient jadis l'entièreté de la ville. Cette motrice est aujourd'hui malheureusement fort dégradée...

La mezzanine accueille des oeuvres de Francis Dusepulchre (Environnement habitable, 1983) en polyester moulé. Ses sculptures sont décoratives mais sont également d'ordre pratique car elles sont des oeuvres à vivre, où les usagers peuvent se promener et s'y asseoir.

­ Station de métro Beaux-Arts
Boulevard Solvay
6000 Charleroi

Métro Beaux-Arts


Station "Waterloo"

La station Waterloo emprunte le nom de l'ancienne Porte de Waterloo, l'une des portes donnant accès au coeur de Charleroi à l'époque de la forteresse hollandaise.

Les murs des quais et de la mezzanine sont décorés de fresques colorées des artistes André Goffin et Marc Feulien, réalisées en 1982.

Le travail de Feulien est essentiellement basé sur la géométrie, avec une référence quasi permanente au carré. Son oeuvre, située dans la mezzanine au niveau -2, est une fresque de 14 mètres sur 3 composée de modules de 1 mètre, mélangeant pierre et grès. Ce mur éclaté traduit la pression d'un homme sous la terre où les éléments qui l'entourent explosent sous la pression des forces extérieures.

La fresque de Goffin, située au niveau des quais, mesure 65 mètres de long. Elle est construite autour du carré, du cercle et des diagonales proposant d'importants contrastes entre les couleurs, créant de la sorte un certain rythme, mais non répétitif.

­ Station de métro Waterloo 
Square Jules Hiernaux
6000 Charleroi

Métro Waterloo


Station "De Cartier"

La station De Cartier, conçue par l'architecte Noterman, tient son nom de la famille des de Cartier de Marchienne, ancienne famille noble de Marchienne-au-Pont dont l'ancien château se situe à proximité immédiate de la station de métro. L'écrivaine Marguerite Yourcenar en est une descendante directe par sa mère. Le château abrite aujourd'hui notamment une bibliothèque publique.

La décoration de la station est un clin d'oeil à l'histoire de Marchienne-au-Pont et du lieu où la station est implantée : sur le quai, une scène murale, réplique signée par le céramiste Joly d'une gravure de Remacle Le Loup, évoque le village de Marchienne en 1740. On peut y découvrir l'ancienne église, le château et son parc en bord de Sambre. Ailleurs dans la station, des reproductions de petits murs viennent soutenir l'atmosphère ; certaines briques et pierres proviennent des anciennes écuries du château. En surface, l'entrée du métro côté château, située à l'emplacement des anciennes écuries, fut bâtie afin de préserver l'aspect du château de Cartier, ainsi que le parc de Marchienne.

­ Station de métro De Cartier
Place Albert Ier 
6030 Charleroi (Marchienne-au-Pont)

Métro De Cartier


Station "Gilly"

Construite dans les années 80, la station s'ouvre au public le 28 août 1992. Dans sa première version, la station était ornée de volumes multicolores. Une bonne quinzaine d'années après son ouverture, la station nécessitait une profonde restauration, entammée dans le cadre du prolongement de l'antenne vers Soleilmont.

La station Gilly telle qu'elle se présente aujourd'hui fut inaugurée le 23 avril 2008. Sa décoration allie pierre et métal ; les murs de la station sont recouverts de carrelages aux dominantes blanches et rouges.

Gilly, c'est avant tout, en Belgique, une commune de Charleroi surnommée "Cité des gayolles". Mais Gilly, c'est également plusieurs villes de France et d'Europe : Gilly-sur-Isère, Gilly-les-Citeaux, Gilly-sur-Loire,... La station se veut être un clin d'oeil à ces villes homonymes ; le thème "Les Gilly d’ici et d’ailleurs" rythme chacun des espaces de la station.

En début de quai, une carte localise les Gilly honorés dans la station ; les armoiries de ces villes s'affichent sur l'un des murs du quai. Sur l'autre mur, c'est la commune où est située la station qui est à l'honneur, avec les paroles de "El pétite gayole", rendue célèbre par Julos Beaucarne, et retranscrite en wallon de Charleroi.

Ele mè l'aveut toudis promis / ène bèle pètite gayole / ène bèle pètite gayole...

­ Station de métro Gilly 
Place Jules Destrée
6060 Charleroi (Gilly)

Métro Gilly


Station "Ouest"

La station Ouest, inaugurée le 30 juin 1980 et restaurée en 2009, a conservé ses volumes originaux au niveau des quais, repeints toutefois dans des tons plus actuels, où le blanc et le bleu clair sont omniprésents.

La décoration de la mezzanine et des bouches d'accès ont été confiées à Charles Szymkowicz, artiste à la renommée internationale, et enfant du quartier.
La mezzanine d'accès aux quais accueille 11 reproductions d'aquarelles originales de Szymkowicz. Chacune représente un paysage toscan ; elles ont été réalisées par le céramiste hennuyer Maurice Joly.

Au niveau du Pont du Viaduc, les deux bouches d'accès au métro sont flanquées d'une grande fresque en mosaïques de 3,5 sur 4 mètres. Elles ont été réalisées à Venise sur base d'une peinture à l'huile, et représentent l'oeuvre « Femme et enfant dans la ville ». Sur cette oeuvre sont représentés Charles Szymkowicz et sa mère se rendant dans le centre de Charleroi, franchissant le pont dit "du Viaduc", où se situe aujourd'hui la station de métro léger Ouest.

­ Station de métro Ouest 
Avenue des Alliés (Lieu dit du "Viaduc")
6000 Charleroi

Métro Ouest


Station "Marabout"

La station de métro léger Marabout a été mise en service le 27 février 2012. Bien que le gros oeuvre de cette station était réalisé depuis déjà une vingtaine d'année, elle était encore jusqu'à cette date l'une des stations fantômes du métro de Charleroi, située sur une portion non-exploitée du métro. Depuis février 2012, elle dessert le quartier du Louvy, à Gilly.

Comme pour "Ouest", il a été fait appel pour la décoration au céramiste hennuyer Maurice Joly afin de réaliser des fresques représentant le Gilly du début du XXième siècle: on y redécouvre notamment des vues des Quatre-Bras et de l'église du Sart-Allet.

L'entrée de la station accueille une reproduction en aluchromie d'une oeuvre d'un artiste peintre gillicen, Léopold De Leeuw. Cette oeuvre représente certains faits historiques et quelques éléments du folklore local.

­ Station de métro Marabout 
Rue Paradis des Chevaux
6060 Charleroi (Gilly)

Métro Marabout


Station "Madeleine"

La station a été mise en service en 2013 ; elle constitue une plate-forme multimodale, accueillant métro, bus, voitures, vélos et piétons. La station est aérienne, érigée au niveau de la voirie. Une structure métallique protège les quais bus et métro. 

Une fresque murale évoque le long des voies la marche folklorique jumétoise de la Madeleine, reconnue au patrimoine mondial de l'Humanité.

­ Station de métro Madeleine 
Chaussée de Bruxelles
6040 Charleroi (Jumet)

Métro Madeleine


Station "Dampremy"

La station de métro Dampremy est mise en service le 24 mai 1983 sur l'antenne vers Fontaine-L'Evêque. Semi-enterrée, elle consiste en un long caisson en béton. A l'origine, elle présentait une architecture typique des stations du métro de Charleroi des années 70 et 80. Les éléments principaux qui constituaient sa décoration étaient le béton, la brique de parement et le verre. Le toit de la station sur lequel sont installés des puits lumineux était aménagé en aire de terrasse-jardin. 

Ayant très mal vieilli, la station fait l'objet d'une vaste rénovation en 2016-2017. De nombreux éléments de l'infrastructure précédente ont été démolis afin d'alléger le bâtiment. La nouvelle station est inaugurée le 23 février 2018 à l’occasion du 1150e anniversaire de la commune de Dampremy. Elle met en avant le folklore de Dampremy, et tout particulièrement la ducasse Saint-Rémy. Les anciens puits lumineux sont à nouveau ouverts permettant d'éclairer le quai de la station. Les anciennes baies vitrées font place à un mur en béton de présentation des oeuvres, et à des bardages afin de laisser rentrer la lumière.

­ Station de métro Dampremy 
Rue Paul Janson / Place de Crawhez
6020 Charleroi (Dampremy)

Métro Dampremy


Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Dernier article




Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !