Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine d'origine religieux » Saint-Valentin de Charleroi

Saint-Valentin de Charleroi


L'église Saint-Rémy de Montignies-sur-Sambre conserve les reliques de Saint-Valentin. Et pourtant, malgré que Valentin soit actuellement l'un des saints les plus connus, la présence des reliques du Saint au Pays de Charleroi reste très peu connue… Il faut remonter au XIXième siècle pour en connaître la raison de la présence à Montignies.

Châsse de Saint-Valentin

La prise de Rome le 20 septembre 1870 par les troupes du roi d'Italie Victor-Emmanuel II provoque l'annexion de la ville au Royaume d'Italie, mettant fin à l'existence des États pontificaux et du pouvoir temporel des Papes. Le Pape Pie IX se retire au Vatican, se déclarant prisonnier jusqu'à sa mort. Il en appelle à la chrétienté afin de recevoir un appui moral et politique.

A Montignies-sur-Sambre, le curé Léopold Chappuis exhorte ses paroissiens à montrer leur soutien au Pape. Chappuis est à la base d’un mouvement de soutien au Pape dans la région de Charleroi dès fin la de 1870 qui se manifeste notamment par la tenue de plusieurs pèlerinages en Belgique mais également à l’étranger.

En remerciement du soutien des Montagnards, et suite aux demandes effectuées par le nonce apostolique Cattani pour récompenser la dévouée paroisse de Montignies-sur-Sambre à la cause de la papauté, Pie IX décide d’octroyer aux paroissiens les reliques d'un saint.

Chapelle de Saint-Valentin. Détail carte postale ancienne, éditeur inconnu

Sous le règne de Grégoire XVI, en 1831, le corps de Saint-Valentin est retrouvé dans les catacombes de Rome et extrait de la crypte de Saint-Hippolyte. Dans un premier temps, les reliques du saint devaient être envoyées à l'église épiscopale de Sora, dans le royaume de Naples, mais les restes du Saint n'y furent jamais transférés. C’est finalement à Montignies que les reliques seront envoyées. A l’époque, Saint-Valentin est invoqué contre les ulcères et les chancres, les rhumatismes et convulsions, et pour les maladies des nerfs et des enfants. Il était déjà alors reconnu également comme étant le patron des amoureux, mais ne bénéficiait pas à l'époque d'une portée -commerciale- comme c'est la cas aujourd'hui.

Le 10 août 1874, les reliques de Valentin, martyr des catacombes, arrivent à Montignies-sur-Sambre dans une grande liesse populaire. Des milliers de personnes venant des quatre coins de la région gagnent Montignies, auxquels s'ajoutent les nombreux passagers descendants aux gares de Couillet et de Montignies.

La châsse où étaient renfermés les restes de Saint-Valentin avait été déposée la veille dans la petite chapelle de Notre-Dame de Hal, sur la route de Charleroi. Deux-cents-cinquante jeunes filles vêtues de blanc et portant des couronnes et des voiles colorés ouvrent le cortège qui accompagne la translation des reliques de la chapelle à l’église. Suivent les pèlerins de Montignies, de Charleroi, de Presles, de Montigny-le-Tilleul, de Gosselies, de Fleurus, de  Feluy, de Thuin,... Les pèlerins de Soignies étaient à eux seuls entre 600 et 700. L'immense file de pèlerins est terminée par le clergé, au milieu duquel se tiennent deux évêques (in Journal de Bruxelles, 13/08/1874).

Châsse de Saint-Valentin

Les châsses de Saint-Vincent, Sainte-Waudru, Saint-Feuillien, Sainte-Rolande, Sainte Marie-d'Oignies, Saint-Roch,...prennent également part à la procession. Les reliques de Saint-Valentin sont déposées dans l’Eglise Saint-Rémy au terme du cortège.

Plusieurs Valentin ont été canonisés. A Montignies, les reliques sont celles de Valentin de Terni, martyrisé en l'an 269 sous le règne de l’empereur romain Claude II le Gothique. Valentin était un jeune prêtre qui recevait en secret les amoureux pour les unir, à une époque où, suite à une décision prise par l’empereur Claude II, le mariage était interdit afin d'envoyer plus d'hommes à la guerre. Dénoncé, Valentin est arrêté, flagellé, et décapité sur la Via Flaminia de Rome.

De style néo-gothique, la châsse qui se trouve à Montignies fut confectionnée à Paris, d'après les dessins de Stavaux de Bruxelles. En laiton, ornée de cabochons rouges et verts, elle mesure 160 cm de hauteur, 90 de largeur et 60 de profondeur. Elle contient des fragments d’os du Saint, jeune homme âgé de 18 ans environ.

Au fil des décennies, aucune réelle tradition de dévotion ne s'est réellement développée à Montignies-sur-Sambre autour de ces reliques. Au sein de l'église un espace est dédié à la châsse du Martyr, et quelques processions en l'honneur des reliques ont été organisées. L'esprit sacré des reliques est néanmoins conservé, et abriter celles de Saint-Valentin sur le territoire de la commune est en soi une fierté pour chaque Montagnard.

A l'occasion des 350 ans de Charleroi, une nouvelle marche de l'Entre-Sambre-et-Meuse met à l'honneur les reliques : le samedi 4 juin 2016, la châsse de Saint-Valentin parcourt à cette occasion les rues de la cité Sambrienne. Aujourd'hui, ce sont principalement quelques curieux qui se rendent aux alentours du 14 février dans la petite église située en léger retrait du centre de Montignies-sur-Sambre pour y apercevoir la châsse du Saint.


POUR Y ACCEDER

Eglise Saint-Remy
Rue de l'Eglise
6061 Charleroi (Montignies-sur-Sambre)

Métro Pas de station de métro à proximité

CONTENU MULTIMEDIA


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Pas de références actuellement

LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !