Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine d'origine religieux » L'Eglise Saint-Basile

L'Eglise Saint-Basile


Jusqu’à la révolution industrielle, la région de Charleroi était parsemée de villages et de quelques bourgs plus importants. Le développement industriel de la région au XIXième siècle va transformer ces bourgs et métamorphoser les campagnes avoisinantes. Là où il n’y avait jusqu’alors que des champs ou des zones boisées vont se développer de nouveaux quartiers, agencés autour d’infrastructures industrielles. Entre 1830 et 1900, la population de l’actuelle ville de Charleroi (15 communes) va passer de 30.000 à plus de 170.000 habitants1.

Les « Hauts Fourneaux, Usines et Charbonnages de Marcinelle et Couillet », le Charbonnage des Fiestaux, la Fabrique de verres à vitre Jonet & de Dorlodot, ou encore la première usine Solvay, entre autres, vont véritablement participer à la métamorphose de la petite commune de Couillet : la population y est multipliée par 15 entre 1830 et 19002. Le chansonnier Jacques Bertrand immortalise l’intense activité industrielle qui s’y déroule avec le premier couplet de « Lolote » : « Su l'bôrd dè Sambe, èt pièrdu dins l'fuméye, Wèyéz Couyèt avè s'clotchî crawyeû »

Le développement de ces quartiers vont de pair avec la création de nouvelles infrastructures, et notamment des édifices religieux afin de pallier à la petitesse des églises desservant les anciens centres villageois. Ces nouvelles églises sont parfois érigées à l’initiative d’industriels ou hommes d’affaires : c’est notamment le cas de l’église Saint-Basile à Couillet.

Basile Parent

Basile Parent - Crédit photographique et autorisation © KIK-IRPA, Bruxelles

Basile Parent est né à Couillet le 7 décembre 1807. La famille Parent est ancrée à Couillet depuis de nombreuses décennies, et Basile voit le jour au sein d’une famille modeste : son père exerce la profession de roulier (transport par route grâce à un véhicule tiré par un ou plusieurs chevaux)3. Couillet n’est alors encore qu’un village, ne comptant que quelques centaines d’habitants.

Au lendemain de l’Indépendance de la Belgique, Basile Parent s’engage dans l’armée. Il sert dans un régiment de Génie, ce qui lui permet d’acquérir de multiples connaissances, notamment en matière de nivellement et de construction de remblais et de déblais. Il fait la connaissance à cette époque de Pierre Schaken.

En 1834-35, Basile Parent participe aux travaux d’un chantier qui fera la fierté de la jeune Belgique : la construction du premier chemin de fer européen continental, reliant Bruxelles à Malines. Après ce chantier, Basile Parent devient un véritable entrepreneur ferroviaire. Il participe en 1838-39 à la construction de la ligne reliant Courtrai à Gand, en réalisant la section Deinze-Courtrai.

Parent s’associe par la suite à Pierre Schaken, devenu entrepreneur de travaux publics : ils fondent la société « Parent & Schaken ». La France souhaitant rattraper son retard en matière de développement de réseaux ferrés, Parent et Schaken décident de s’installer à Paris afin de prendre part au développement du réseau français.

Eglise Saint-Basile - Le choeur

« Concessionnaires et entrepreneurs de travaux de chemins de fer », Schaken et Parent œuvrent sur de nombreux chantiers, obtiennent la concession de lignes, et deviennent rapidement deux des plus grands entrepreneurs ferroviaires en Europe. Basile Parent participe à la fondation des « Ateliers de Constructions Mécaniques de Fives », spécialisés dans la construction de locomotives à vapeur et d’équipements dédiés à la construction de voies ferrées. La réputation de cet établissement dépasse les frontières, exportant ses productions dans le monde entier.

La réussite de Basile Parent lui permet de s’installer dans un hôtel particulier de la Place Vendôme.  Bien que Basile Parent ait définitivement quitté Couillet, il y reste fortement attaché et continue d’y revenir régulièrement pour visiter sa famille. Resté simple malgré sa réussite et souhaitant en faire profiter ses proches, il acquiert à Couillet, entre 1855 et 1860, 61 hectares de terrains ainsi qu’un château aujourd’hui disparu ; il en reste le parc, devenu le parc communal de Couillet. Il fait également construire une brasserie, qu’il destine à sa sœur Alexandrine. Sur les hauteurs de Couillet, un autre domaine porte toujours aujourd’hui le nom des Parent : Parentville.

Basile Parent étudie également la construction d’une nouvelle église sur fonds propres. Devant l’église qu’il projette dans le centre de Couillet, Basile Parent planifie la construction d’une place publique, face à la station. Basile Parent vient personnellement à Couillet poser la première pierre du nouvel édifice, le 14 mars 1865. Il ne verra cependant jamais l’édifice terminé : il s’éteint une année plus tard, le 2 juin 1866, à Paris.

Eglise Saint-Basile

Le monument commémoratif en marbre à Basile Parent. A l'arrière plan, une locomotive, témoignant de la réussite de Basile Parent dans le monde du chemin de fer

Les enfants de Basile Parent, Auguste Parent (secrétaire d'ambassade), Joséphine Parent, comtesse Le Boeuf de Montgermont et Mathilde Parent, marquise des Roys, font poursuivre la construction de l’église après le décès de leur père. L'architecte Auguste Quinet mène les travaux. La nouvelle église ouvre ses portes aux fidèles seulement trois années après le début des travaux, le 8 septembre 1868 et est consacrée à Saint-Basile, en hommage à Basile Parent.

Extérieurement, l’église ressemble à beaucoup d’autres de la région, érigées par dizaines au XIXième siècle, et ne montre pas d’intérêt particulier. Elle peut être considérée comme sœur de l’église de Jumet Gohyssart, édifiée à la même époque par les Bivort de la Saudée. Toutes deux sont érigées par le monde patronal pour les ouvriers vers la moitié du XIXième siècle, au cœur d’un nouveau quartier né de la croissance industrielle et ne disposant pas de lieu d’un lieu de culte catholique assez vaste capable d’accueillir l’ensemble des fidèles.

Eglise Saint-Basile (2018)

De style ogival, Saint-Basile mesure 58,50 mètres de long, 18 de large et 25 de haut. Le clocher de 65 mètres de haut se dresse en façade. L’église est dotée d’un riche mobilier quelques années après son ouverture au culte, remplacé par après pour répondre aux nouvelles règles liturgiques. En 1871, les héritiers de Basile Parent effectuent la donation de l'église à la Fabrique de Saint-Laurent. En 1874, la paroisse de Saint Basile est créée par partage de celle de Saint-Laurent.

A l’intérieur de l’église, à proximité du chœur, se trouve un monument en marbre blanc, réalisé en 1872 par le sculpteur anversois  Jacob de Braekeleer. Le mémorial représente le buste de Basile Parent posé sur un fût de colonne , entouré d’un ange le couronnant de laurier et d’une allégorie de la Douleur. A l’arrière-plan, une locomotive à vapeur fait référence aux activités de l’entrepreneur.

En 1905, l'ancien bourgmestre Gustave Quinet-Mineur fait don des orgues, réalisées par les ateliers Théophile Delmotte et Fils ; elles sont classées , comme monument par la Région Wallonne depuis le 2 juin 2009.

Eglise Saint-Basile (2018) - Les orgues

L’église, bien qu’affectée lors des deux guerres mondiales, dispose toujours de plusieurs vitraux anciens.

Devenue vétuste, l’église nécessite à la fin des années 1990 une restauration. Depuis lors, le lieu est fermé au culte et se dégrade lentement… L’édifice doit lutter contre des problèmes d’humidité et les pigeons y ont trouvé refuge. Les orgues centenaires, bien que classées, n’ont connu aucune modification depuis leur origine, et sont toujours présentes.

Le spectre d’une démolition de l’église refait de temps en temps surface. Pourtant, de par ses origine, conception et implantation, Saint-Basile dispose d’une certaine valeur patrimoniale, témoignant de l’histoire du quartier et d'un couilletois, enfant de la classe laborieuse, devenu l’un des principaux entrepreneurs ferroviaires du XIXième siècle…

Notes :

  1. ANDRE, Robert. La population du pays de Charleroi 1666-1976
  2. ANDRE, Robert. La population du pays de Charleroi 1666-1976
  3. Acte de naissance de Basil[e] Joseph Parent, Registre des naissances de Couillet, année 1807


POUR Y ACCEDER

Eglise Saint-Basile
Attention : église fermée !
Place Basile Parent
6010 Charleroi (Couillet)

Métro Pas de station de métro à proximité

CONTENU MULTIMEDIA


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE


LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !