Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine d'origine religieux » L'Eglise du XII (Marcinelle, Sacré-Coeur)

L'Eglise du XII (Marcinelle, Sacré-Coeur)


Essentiellement agricole à l'origine, le quartier dit « du XII », situé entre le centre de Marcinelle et Mont-sur-Marchienne, devient industriel au XIXième siècle. Un charbonnage y est mis en activité en 1865 par la Société de Marcinelle-Nord ; ce puits, le numéro 12, donnera son nom au quartier. D’industriel, le quartier est aujourd’hui devenu commerçant.

Eglise du XII ; détail carte postale ancienne, Edition Vve M. Locus

Le Quartier du XII s’étend, en citant les repères actuels, de la Cité de l’Enfance à plus ou moins la rue de la Tombe, et de la A503 à la Cité Parc.

Marcinelle a vu naître durant son histoire plusieurs nouvelles paroisses. Jusqu’à la fondation de la paroisse du XII, les fidèles devaient se rendre à l’Eglise Saint-Martin dans le centre de Marcinelle.

Arrivé en 1905 à Marcinelle-Centre, le prêtre auxiliaire, puis vicaire, Jules Perny est chargé en 1912 par l’Evêque de Tournai de fonder une nouvelle paroisse dans le quartier populaire et industriel du XII, comptant 4000 âmes. Un terrain est acquis la même année le long de la route de Beaumont (actuelle avenue Eugène Mascaux), face au Charbonnage n°12.

Face au charbonnage, et avec l’aide financière de celui-ci, Perny fait ériger une école pour filles ainsi que le presbytère. Perny s’y installe en 1913. Une chapelle temporaire est aménagée à l’étage du bâtiment scolaire ; le lieu de culte au départ provisoire va finalement être fréquenté durant 15 ans...

Jules Perny se lance dans la recherche de fonds afin de permettre la construction de la nouvelle église. La guerre cependant vient interrompre les projets. Afin de venir en aide aux fidèles dans le besoin durant le conflit, l’argent recueilli pour l’église est finalement distribué aux plus démunis de la paroisse.

Eglise du XII - Statue du Sacré-Coeur par De Clerck

Au lendemain de la guerre, Perny reprend le projet. Il apprend cependant qu’aucun subside ne lui sera octroyé pour la construction de la nouvelle église, l’Etat étant appauvri par la guerre et devant faire face à d’autres dépenses plus urgentes. S’il souhaite voir ériger une église en remplacement de la chapelle temporaire, ce sera donc à Perny de trouver les fonds nécessaire... Commence alors pour lui une longue quête à la recherche de mécènes. Son obsession permanente afin de réunir des fonds lui vaudra le surnom d' « Aspirateur Perny », curant les poches de ceux qui devinrent donateurs. Perny multiplie les activités afin de réunir les fonds : il organise des conférences, fait le tour de la Belgique à la recherche de mécènes…

Le 27 août 1925, un arrêté royal érige en paroisse le quartier du XII. Jules Perny devient curé de la nouvelle paroisse du Sacré-Cœur.

Vient le moment où les fonds récoltés permettent de débuter la construction de l’Eglise du XII. Les plans sont confiés à l’architecte carolorégien Joseph André, déjà reconnu dans la région, mais qui n’est pas encore au sommet de sa carrière. L’architecte va inscrire l’édifice dans l’architecture moderniste, avec des touches d’Art Déco.

Eglise du XII - Les fonds baptismaux

La première pierre de l’église est posée le 21 août 1927. Les travaux sont menés rapidement. Certains paroissiens mettent la main à l’ouvrage, et Perny se rend régulièrement sur le chantier, manipulant la truelle quand il en avait le loisir.

La consécration a lieu le 10 avril 1928. L’édifice, dédié au Sacré-Cœur, est long de 39,50 mètres, et la hauteur de la tour est de 21,90 mètres. L’extérieur est en moellons de Meuse, et les toitures sont en tuiles.

La façade, basse, présente en son centre une tour en avancée, flanquée de deux chapelles ouvertes. Au-dessus du porche se tient une statue monumentale du Sacré-Cœur, réalisée par Oscar De Clerck. Sous cette statue, l’inscription en mosaïque « Vous qui peinez venez à moi » fait face au charbonnage, comme un appel aux mineurs. L’intérieur de l’édifice mélange moellons de grès, briques rouges, marbre rouge et béton armé. Les bénitiers sont en grès de Bouffioulx, les confessionnaux en béton armé. Deux ambons en marbre rouge servirent de chaire de vérité. Le chemin de croix est également l’œuvre de De Clerck. Les fonds baptismaux sont de Devroye : le bassin est déposé sur un pied en granit orné de mosaïques, et fermé par un couvercle en cuivre argenté.

Eglise du XII

Quatre années après l’ouverture de l’église, la fosse n°12 cesse ses activités en avril 1932. Le quartier va lentement se transformer et s’affirmer comme centre commercial.

En 1943, la cloche est enlevée par les Allemands. Elle sera remplacée par une nouvelle cloche, bénie le 1er juin 1947.

L’abbé Jules Perny décède dans son habitation, au cœur du Quartier du XII, le 16 mars 1945.

Si la première guerre mondiale n’était pas venue interrompre le projet de construction d’une église dans le Quartier du XII, l’édifice aurait sans nul doute été érigé dans le style néogothique, comme ce fut le cas pour plusieurs églises de la région bâties à cette époque. Dans l’après-guerre, les styles évoluent. Les plans de l'architecte Joseph André permirent d’ériger cette église qui, à travers un certain modernisme et des tendances Art déco, laisse apparaître des réminiscences gothiques.


POUR Y ACCEDER

Eglise du Sacré-Coeur
Avenue Eugène Mascaux (entre le 545 et le 547)
6001 Charleroi (Marcinelle)

Métro Pas de station à proximité

CONTENU MULTIMEDIA


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE


LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !