Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine culturel » Les Géants de Charleroi

Les Géants de Charleroi


Les Géants de Charleroi

La légende dit que Djean et Djenne, comme en témoigne le style de leurs vêtements, étaient deux verriers partis en Amérique dans les années 1860 comme souffleurs de verre et revenu au Pays, tellement la nostalgie était forte. Ils habitaient l'ancien quartier dit du Sale Debout, quartier de la Ville-Basse démoli en grande partie en 1932, et situé à l'extrème est de l'actuelle Place de la Digue. Ce quartier, où la précarité était plus que présente, était habité par une population marquée par la labeur du travail.

De retour au pays après quelques années aux Etats-Unis, Djean et Djenne sont fêtés pour la première fois le 30 septembre 1934 à l'occasion des Fêtes de Wallonie. Bien accueillis et au centre des festivités, les deux géants sont ensuite quelque peu oubliés jusqu'au 29 septembre 1956, mis à part une apparition sur les marches de l'Hôtel de Ville durant les fêtes de la Libération, après la seconde guerre mondiale.

En 1956, les géants refont une apparition, accompagnés cette fois de deux nouveaux géants, El facteûr et El Champête. Ces nouveaux venus sont les témoins des noces de Djean et Djenne proclamées par l'Echevin Escarmure le 29 septembre 1956.

L'année suivante, quatre nouveaux géants viennent rejoindre la petite troupe :

  • Lahousee, alias François Lahousee, clarinettiste et chansonnier populaire ;
  • Maka, porteur de valises à la gare de Charleroi-Sud le jour, et qui terminait ses soirées en chantant du Jacques Bertrand et en buvant des peckets dans les cafés carolorégiens ;
  • El Mayeur, alias Jules Lenoir, bourgmestre de la municipalité libre du Sale Debout, tenancier d’un café et d’un jeu de bouloir installé sur la place de la Digue ;
  • Davau, alias Ferdinand Davaux, arrangeur musical, chansonnier carolorégien né à la fin du XIXième siècle.
Les Géants de Charleroi - Julia

L’Echevin de l’Etat civil qui a marié Djean et Djenne, Escarmure, a eu les honneurs de sa représentation en tant que géant. El Climbia, quant à lui, représente le gentilhomme verrier du Royal Climbia’s Club.

Djambo, fait son apparition en 1987, enfant de Djean et Djenne, alors mariés depuis 43 années. A l'occasion du carnaval de 2015, le visage de Djambo est retravaillé, supervisé par l’artiste Massimo Cannizzaro. Le visage du géant possède désormais des traits plus proches de ceux d’un enfant de six ans.

Pour les festivités des 350 ans de Charleroi, un nouveau géant fait son apparition : Julia. Créée par le centre culturel l’Eden, cette nouvelle géantereprésente le Charleroi de 2016. Jeune, tatouée du plan de la forteresse dans le dos, les bras découverts,... Lors de sa première apparition, elle portait un brassard Caterpilar, en soutien aux travailleurs dont la fermeture de l'usine venait d'être annoncée.  Le prénom de Julia lui a été donné en raison de sa consonance méridionale. Il aura fallut 16m de tissus, 200m de corde, 20l de résine, 12m de fibres de verres, 2,5l de peinture, 31m de tiges de métal, 200kg de terre glaise, 20m de treillis de poules, 20m de cellophane,... pour lui donner vie.

Tous ces géants, à la structure en osier, pèsent environ chacun 50 kilos pour 4,5 mètres de haut, excepté Djambo, beaucoup plus petit. Ils participent très régulièrement à diverses festivités, comme les parcs en fête ; les jardins de Monceau,... sans oublier bien évidemment le carnaval de Charleroi.


POUR Y ACCEDER

Les Géants de Charleroi
Hôtel de Ville de Charleroi
Place Charles II
6000 Charleroi

Métro Beaux-Arts

CONTENU MULTIMEDIA


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Pas de références actuellement

LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !