Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Histoires, légendes, et superstitions » Les Sabbats de Soleilmont

Les Sabbats de Soleilmont


Dans les bois de Soleilmont se situait jadis, au nord du site de l'ancienne Abbaye, une vaste clairière en partie cultivée. A l'extrémité de la clairière, à l'orée de la forêt, se trouvait un bâtiment en moellons, l'Ermitage Saint-Barthélemy. La chute de l'Ancien Régime à la fin du XVIIIième siècle entraîna sa disparition, et le vénérable bâtiment, délaissé, tomba peu à peu en ruine, envahi par la végétation. Au XIXième siècle, l'ancien refuge des ermites devient l'objet de superstitions, et les ruines considérées comme hantées. La clairière, la nuit tombée, se muait en un champ de sabbat.

Extrait de l'Atlas de Ferraris. L'Abbaye et les bois de Soleilmont vers 1777. On distingue en bas l'Abbaye, la clairière, et, au nord, l'Ermitage Saint-Barthélemy

Colas Boitout, ouvrier cordonnier, passait à Gilly pour être sorcier. Il pouvait selon son gré se transformer en chien, en veau, ou en âne. Selon ses dires, à l'emplacement de l'ancien ermitage, s'élevait toutes les nuits une grande salle magnifiquement décorée, entourée de riches fauteuils et où trônait au milieu d'une table tout ce que l'on pouvait désirer boire ou manger. On y entendait de la belle musique, et y rencontrait des hommes et femmes richement habillés. Le jour, rien ne permettait d'imaginer les scènes qui s'y déroulaient, si ce n'est le sol quelque peu piétiné et la présence de petits monticules de terre, ressemblant à des trous de taupes. Pourtant, la nuit, ces monticules se transformaient en fauteuils et accueillaient les sorciers et sorcières des environs. Avant leur départ par les airs pour gagner le sabbat, les sorcières murmuraient une formule tout en s'enduisant le corps d'un onguent de couleur verte, à l'ombre des regards. S'il elle était mariée et que son époux ne connaissait pas sa double vie, la sorcière déposait un balai dans le lit conjugal qui prenait, le temps de son absence, l'apparence de son corps.

Un jour, Grégoire, journalier à Gilly, était venu rechercher les bottes de son maître chez le cordonnier Boitout. En attendant de réceptionner les chaussures, les deux hommes échangèrent quelques mots et abordèrent les sujets du quotidien. Colas, à un moment, invita Grégoire à participer au prochain sabbat. Le journalier hésita un temps, mais finalement, curieux, accepta la proposition.

Tous deux se rendirent à l'ermitage. Arrivés à cinquante mètres des lieux, un homme, le chef, vint à la rencontre de Grégoire et lui demanda s'il souhaitait rejoindre son groupe. En cas de refus, il devra immédiatement quitter les lieux ; s'il accepte, il en sera membre durant sept ans, et recevra quotidiennement une rémunération. Pour celui qui conclu un pacte avec le diable, rien n'est impossible à obtenir : richesse, force, faveurs amoureuses, ou même mort des ennemis. Il est vrai cependant que, parfois, Colas paraissait le visage égratigné. Il endossait la responsabilité de ses blessures, les justifiant par une absence à une réunion, ou un manquement à ses tâches. Tenté par les bénéfices qu'il pourrait retirer de son alliance avec Satan, Grégoire accepta l'invitation, et prit part pour la première fois au sabbat de Soleilmont.

Ancienne Abbaye de Soleilmont (Sorcière : [Mille malédictions sur vous, vieille sorcière] : [estampe] / G. Doré ; Trichon.   BnF/Gallica)

Les sabbats avaient toujours lieu la nuit, dans un bois, à proximité d'un cimetière, ou à l'emplacement d'un ancien lieu où l'on passait au bûcher ceux qui pratiquaient la sorcellerie. Certains au XIXième étaient persuadés de la tenue de telles rencontres dans le tunnel du canal de la bête refaite, à Godarville. La tenue nocturne de ces rassemblements explique la défiance qu'avaient les gens de rencontrer des inconnus après minuit dans des endroits écartés et fort peu fréquentés.

Colas et Grégoire gagnèrent la grande salle qui s'élevaient déjà au-dessus de l'ermitage. Ils y rencontrèrent les sorciers et sorcières de la région, mais également le Malin qui paraissait sous l'apparence d'un bouc. Après une nuit de lubricité, avant le levé du soleil, chacun rentra chez soi. La graisse dont les sorcières s'étaient badigeonnées le corps coulait sur les champs, rendant les récoltes stériles.

Un valet de la ferme dépendant de l'abbaye menait alors chaque soir les chevaux dans un pâturage situé près du bois. Il affirma avoir entendu, vers minuit, une musique étrange venant de l'ermitage, composée de hurlements et de sifflements. Affolés, les chevaux se mirent à sauter en file indienne au-dessus de la clôture et se précipitèrent vers l'abbaye, dont ils firent le tour à plusieurs reprises avant de regagner leur étable. Le valet se précipitant à son tour vers la ferme longea le grand vivier situé en bas du terrain où, au milieu de la nappe d'eau, brûlait un feu très vif, mais personne n'était présent autour du brasier...
Au début des années 1930, des traces de l'ancien Ermitage Saint-Barthélemy étaient toujours visibles. Les quelques vestiges subsistants furent cependant réutilisés pour empierrer un chemin voisin. Ce site est aujourd'hui occupé par la nouvelle Abbaye de Soleilmont, reconstruite à quelques dizaines de mètres à peine de l'ancien refuge des ermites, après l'incendie de l'abbaye durant la nuit de Noël 1963.

A moins de deux kilomètres de là, à l'ouest de la clairière, un autre site était réputé maudit : le Noir Dieu et son trieu. C'est là que, anciennement, étaient exécutés sur ordre de la Haute-Cour de Justice de Gilliers les adeptes du sabbat et de la messe noire. L'aspect maléfique du site et le souvenir de ces exécutions avaient également attiré des gens de sorcellerie, qui y organisèrent, un temps, leur sabbat...



CONTENU MULTIMEDIA

Toutes les illustrations, sauf mention contraire, sont issues de la collection de l'auteur.


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !