contact contact rss rss a propos de ce site site non officiel - à propos de cette initiative privée a la recherche de documents sur Charleroi A la recherche de documents sur Charleroi
Titre charleroi-decouverte.be 


Page : Page principale » Histoire d'une Ville » Un jour, dans l'Histoire de Charleroi » 1944-08-18 - Les journées sanglantes des 17 et 18 août 1944

18 août 1944 - Les journées sanglantes des 17 et 18 août 1944

Suivez le site sur Facebook !

Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !

Derniers éléments ajoutés

Les deux tours du Château de la Torre
Le Château de la Torre se situait dans le coeur de Mont-sur-Marchienne. Il fut presque totalement démoli dans les années 1940 par un promoteur immobilier... - Lire la suite...

Charleroi en images, 1900-1945
En quelques clichés, Charleroi en cartes postales et images anciennes - Lire la suite...

Architecte de Charleroi : Auguste Cador
Auguste Cador est le grand architecte du XIXième à Charleroi. Sa longue carrière et sa riche production va marquer le territoire de Charleroi et de sa région. Mais Cador fut également le concepteur et propriétaire de l'Eden-Théâtre. - Lire la suite...

Marguerite, Marie et Jeanne, sorcières de Monceau
De 1592 à 1671, au moins six exécutions sur le bûcher eurent lieu à Monceau pour faits de sorcellerie. Parmi les victimes, Marguerite, Marie et Jeanne, présumées sorcières. - Lire la suite...

Les deux Zoé Drion
Au début du XIXième siècle, deux cousines éloignées, Zoé Louise et Zoé Pauline, voient le jour dans la région de Charleroi. L’une d’elle eut l’honneur d’avoir un boulevard baptisé de son nom. - Lire la suite...

Ligne du temps - Evolution d'une ville
Une ligne du temps renseignant quelques dates clés du développement de Charleroi. - Lire la suite...


Le 17 août 1944, Oswald Englebin, bourgmestre rexiste du Grand-Charleroi, est mitraillé à Courcelles près du Bois du Rognac par des résistants, un peu après midi ; son épouse et son fils sont également abattus. Au moment des faits, tous se trouvaient en voiture et regagnaient leur domicile.

Englebin avait été placé à ce poste par l’occupant et remplaçait un autre bourgmestre rexiste, Prosper Teugels, également abattu par des résistants à Charleroi en 1942.

Une expédition de représailles est ordonnée. Le directeur commercial des charbonnages de Monceau-Fontaine, Paul Van Den Berghe, est abattu à Courcelles, près du lieu de l’attentat. A Charleroi, des rexistes mettent le feu aux locaux de la police judiciaire, rue de la Régence. Ils y abattent Raoul Jacquet, agent d’affaires qui se situait dans le bâtiment. Ils rejoignent ensuite le domicile du procureur du roi Thunis et y boutent le feu. Le même scénario se reproduit chez le Bâtonnier Paternoster.

Souhaitant venger la mort d’Englebin, plus de cent cinquante rexistes se rassemblent à Charleroi et partent à la recherche de plusieurs notables de la région.

Durant des heures, les rexistes vont se déchainer et sillonner la région ; plusieurs personnes sont froidement abattues, des maisons sont pillées et incendiées. Recherchant mais ne trouvant pas à son domicile l’avocat Marcel Gailly, les rexistes s’en prennent à l’habitation d’en face, rue Bernus. Ils y abattent Marcel Barth, ingénieur aux ACEC, et Jane Barth, régente au Lycée de Morlanwelz. Trois membres de la famille Bousman sont également assassinés à leur domicile de Montigny-le-Tilleul : Claire Bousman-Francq, son fils Jean (ingénieur aux ACEC) et Paule Lamy-Bousman, sa belle-fille. A Mont-sur-Marchienne, Germaine Van Hoegaerden-Dewandre est arrachée à ses petits-enfants et est tuée de trois balles dans le dos, route de Bomerée.

Vingt-et-une personne sont arrêtées durant la nuit et emmenées dans une maison de Courcelles, située dans l’actuelle rue de la Paix. Le 18 août au matin, dix-neuf d’entre-elles sont abattues, une par une, dans les caves de l’habitation :

  • Charles Brogniez, commissaire de police, domicilié à Fontaine-l’Evêque
  • Joseph Bureau, agent principal de la police de Châtelet, et y domicilié
  • Léon Coton, architecte, domicilié à Charleroi
  • Paul Coton, médecin, domicilié à Charleroi
  • Raymond Delvaux, commissaire de police adjoint à Jumet, et y domicilié
  • Suzanne-Carmen Lebas, domiciliée à Ransart
  • Elisabeth De Ridder, préposée à la garde de la maison de l'architecte Simon à Trazegnies
  • Oscar Deulin, greffier, domicilié à Montigny-le-Tilleul
  • Léon Gilles, inspecteur de police à Bouffioulx, et y domicilié
  • Pierre Harmignie, curé-doyen de Charleroi, et y domicilié
  • Roger Hoslet, domicilié à Rance
  • Edmond Huberland, médecin, domicilié à Montigny-le-Tilleul
  • Louis Jasmes, secrétaire général des mutualités socialistes, domicilié à Ransart
  • Augusta Longneaux, domiciliée à Charleroi
  • Léonce Mayence, avocat, domicilié à Jumet
  • Victor-François Michel, domicilié à Charleroi
  • Auguste Nolard, commissaire de police à Bouffioulx, et y domicilié
  • Arthur Stilmant, médecin, domicilié à Jumet
  • Marguerite Depasse, domiciliée à Gilly

Au total, les deux journées des 17 et 18 août 1944 virent périr 27 hommes et femmes, victimes de la fureur des rexistes.

Retrouvez cet article sur le profil Facebook de charleroi-decouverte.be




Vous disposez d'informations complémentaires sur ce sujet ?
Partagez les !

constant



Mon January 30, 2017
new comment

ce qui c est passer sous l occupation aussi bien du cote des collabot ou resistant il faut pas oublier que certain en on profiter pour s enrichir et regler certaine histoire prope a la region c est un fait je recherche des documents relatif a la gestapo et son quartier general a charleroi je ne trouve rien je sais qu il se trouvais dans une villa pres de bosquet ville et l ancien abatoir de charleroi ou ce trouvais dieteren et la tour inter beton

Roba Jean-Louis



Sat December 17, 2016
new comment

Il est un peu abusif d'atribuer le nom de résistants à ce qui n'étaient que des terroristes du FI. Les forcés alliées avaient débarqué depuis des mois et Paris était tombée. Il était patent que les Alliés seraient très vite à Charleroi et l'assassinat gratuit et crapuleux de toute la famille Englebin (+ un gendarme) ne visait qu'à créer un ferment de guerre civile conforme aux visées communistes. La brutale riposte sanglante de Rex allait étouffer dans l'oeuf tout soulèvement. Il est symptomatique de relever que cet acte criminel suivi d'exécutions tout aussi criminelles allaient indisposer la population locale. Il faudra ainsi attendre plus de 65 ans pour que l'on avoue que les auteurs de cette lâche agression étaient du FI. Jusqu'en 2014, certains affirmaient avec colnviction et certitude que Englebin et sa famille furent victimes de ... Rexistes. Pour s'en convaincre, il suffit de consulter les écrits d' "éminents historiens" carolos.

  • Tous les champs doivent être complétés. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée ;
  • Les commentaires ne sont publiés qu'après avoir été validés par le modérateur du site; un délai de quelques heures est donc parfois nécessaire avant que votre commentaire n'apparaisse sur le site. Les commentaires qui ne seront pas publiés seront définitivement supprimés.
  • Seuls les commentaires à valeur ajoutée seront publiés ; aucun commentaire à caractère discriminatoire ne sera publié.

 

Contact | A propos de ce site | Tous les sujets | A la recherche de documents... | Portail non-officiel sur Charleroi |© www.charleroi-decouverte.be 2007 - .... | Version 5
Licence Creative Commons
Charleroi Découverte! est mis à disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.