contact contact rss rss a propos de ce site site non officiel - à propos de cette initiative privée a la recherche de documents sur Charleroi A la recherche de documents sur Charleroi
Titre charleroi-decouverte.be 


Page : Page principale » Histoire d'une Ville » Le premier "pavé de mémoire" de Charleroi

Le premier "pavé de mémoire" de Charleroi

 

Suivez le site sur Facebook !

Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !

Orientation bibliographique sur ce sujet

Essai sur une histoire de la communauté juive de Charleroi avant l'année 1940 / Léon Griner. Bruxelles : chez l'auteur, 1997-1998. 38 p.
Présence juive à Charleroi / Vagman, Vincent. Jambes : Les mots pour le lire, 2015. 400 p.

Contenu multimédia supplémentaire



Localisation


Derniers éléments ajoutés

Les deux tours du Château de la Torre
Le Château de la Torre se situait dans le coeur de Mont-sur-Marchienne. Il fut presque totalement démoli dans les années 1940 par un promoteur immobilier... - Lire la suite...

Charleroi en images, 1900-1945
En quelques clichés, Charleroi en cartes postales et images anciennes - Lire la suite...

Architecte de Charleroi : Auguste Cador
Auguste Cador est le grand architecte du XIXième à Charleroi. Sa longue carrière et sa riche production va marquer le territoire de Charleroi et de sa région. Mais Cador fut également le concepteur et propriétaire de l'Eden-Théâtre. - Lire la suite...

Marguerite, Marie et Jeanne, sorcières de Monceau
De 1592 à 1671, au moins six exécutions sur le bûcher eurent lieu à Monceau pour faits de sorcellerie. Parmi les victimes, Marguerite, Marie et Jeanne, présumées sorcières. - Lire la suite...

Les deux Zoé Drion
Au début du XIXième siècle, deux cousines éloignées, Zoé Louise et Zoé Pauline, voient le jour dans la région de Charleroi. L’une d’elle eut l’honneur d’avoir un boulevard baptisé de son nom. - Lire la suite...

Ligne du temps - Evolution d'une ville
Une ligne du temps renseignant quelques dates clés du développement de Charleroi. - Lire la suite...


Le 23 juin 2012, les deux premiers pavés de mémoire de Charleroi sont posés dans les rues de la ville. Charleroi rejoint ainsi un réseau de villes belges et européennes qui, par ce geste, perpétuent le souvenir des victimes du nazisme.

A l'origine de cette initiative, le berlinois Gunter Demnig. L'idée lui vient en 1993, lors d'une cérémonie de commémoration de la déportation de Roms. A partir de 1995, il commence à poser dans les rues de Cologne et de Berlin, sans autorisation, ses premiers pavés de mémoire, qui prennent le nom de Stolpersteine. Ces pavés de laiton rappellent les noms de personnes déportées dans des camps de concentration ou de la mort, parce qu’elles étaient Juives, Roms, handicapées, homosexuelles, membres de la Résistance, ou opposées au régime. Les pavés sont intégrés aux trottoirs, au-devant de leur dernier domicile, avant leur déportation.

Le projet est remarqué, et plusieurs milliers de pavés sont posés en Allemagne, ainsi que dans d’autres pays d’Europe, notamment en Autriche, en Hongrie, en Italie, et aux Pays-Bas.

Les premiers pavés sont posés en Belgique en 2009, à Bruxelles. D’autres villes suivent, et Charleroi voit ses premiers Stolpersteine posés en 2012, à l’initiative des familles des victimes. Ces deux premiers pavés honorent la mémoire de Herszek ROJTMAN, qui vivait au boulevard Paul Janson, et de Abraham KIBEL, à la rue Destrée.  Né à Stoczek, en Pologne, le 22 mai 1907, Herszek Rojtman s’installe en Belgique, à Charleroi. Il sera déporté et décède à Auschwitz en juillet 1943. Le site Internet de Yad Vashem reprend quelques informations le concernant, notamment sa photographie.

Jusqu'à la fin du XIXième siècle, Charleroi ne compte que très peu, voire à certains moments aucune, personnes de confession juive. La communauté Juive de Charleroi se développe réellement au lendemain de la première guerre mondiale. De nombreuses familles quittent les pays d’Europe de l’Est, en plein marasme économique, et rejoignent les pays de l’Europe de l’Ouest. En Belgique, quatre villes accueillent principalement la Communauté : Anvers, Bruxelles, Liège et Charleroi ; les bassins industriels wallons sont à la recherche de main d’œuvre et les régions liégeoise et carolorégienne voient arriver plusieurs centaines de familles. Les hommes s’engagent dans l’industrie lourde ou dans les charbonnages, mais quittent dès qu’ils le peuvent ces métiers pour ouvrir un commerce ou se tourner vers l'artisanat.

A Charleroi, un petit « quartier juif » se forme. Son épicentre est la rue Chavannes. De petits commerces ouvrent rue Neuve, de la Régence, au boulevard Bertrand,… On y trouve épiciers, restaurateurs, bouchers, coiffeurs, cordonniers,… La communauté croît, et le 14 mai 1928, un Arrêté Royal reconnaît l’existence de la Communauté Israélite de Charleroi.

Arrive cependant rapidement la crise économique des années 30, suivie par la montée des extrémismes. Hitler arrive au pouvoir en Allemagne en 1933 ; en 1936, en Belgique, 21 députés rexistes sont élus aux élections législatives. La seconde guerre mondiale ne tarde pas à éclater : le 10 mai 1940, la Belgique est envahie par l’Allemagne ; le pays capitule le 28 du même mois. S’en suivent des mesures contraignantes et des restrictions envers la communauté Juive. Le 29 août 1941, une ordonnance confine les juifs dans quatre villes : ils ne peuvent élire domicile qu’à Anvers, Bruxelles, Liège, et Charleroi. En septembre 1942, Charleroi est victime d’une rafle ; un convoi part pour la déportation… 38% des Juifs qui étaient enregistrés à Charleroi seront déportés.

Au lendemain de la guerre, la Communauté est fortement affaiblie, et aura du mal à se relever. De nouvelles familles rejoignent la région en demande de main d’œuvre, mais le dynamisme que la communauté connaissait avant-guerre ne renaîtra pas. Une petite communauté continue cependant à exister, et s’efforce de poursuivre ses activités. Une nouvelle synagogue est bâtie en 1961 à la rue Pige-au-Croly ; c’est la seule en province du Hainaut. Le bâtiment abrite le Musée de la Mémoire des Justes parmi les Nations. La Communauté participe également au GRAIR, le Groupe de Rencontres et d'Actions Inter Religieuses.

Le 23 octobre 2013, quatre nouveaux pavés sont posés dans les rues de la Ville-Haute: à la hauteur du 60 de la rue de la Régence, aux noms de Nuchem et Rosa BIALEK et d'Abraham KEUSCH ; à la rue Chavannes, 38 au nom de Feldon IZRAEL. Le 29 octobre 2014, deux pavés sont posés rue de l'Energie à Marcinelle (n°64) en mémoire de Michel WISLITSKI et son épouse Frymeta GINSBERG. Le 15 février 2015, un pavé est posé rue de la Régence (n°65) au nom de Josek MACHNOWSKI.

Si la pose de ces pavés de mémoire dans les rues de la ville a pour but premier d’honorer la mémoire des victimes du nazisme, elle permet également de rappeler l’existence d’une communauté qui fut autrefois importante à Charleroi, et qui participa activement à la vie de la ville et à son développement. La pose d'autres pavés peut être demandée sur le site http://www.restitution.be/

 

Pavé de mémoire (premier posé à Charleroi)
Boulevard Paul Janson, 6
6000 Charleroi
Métro Beaux-Arts


Liste des pavés posés à Charleroi

Date de pose
Adresse En mémoire de
23 juin 2012 Boulevard Paul Janson, 6 – 6000 Charleroi Herszek ROJTMAN
23 juin 2012 Rue Destrée, 39 – 6000 Charleroi Abraham KIBEL
23 octobre 2013 Rue Chavannes, 38 – 6000 Charleroi Feldon IZRAEL
23 octobre 2013 Rue de la Régence, 60 – 6000 Charleroi Nuchem BIALEK
23 octobre 2013 Rue de la Régence, 60 – 6000 Charleroi Rosa BIALEK
23 octobre 2013 Rue de la Régence, 60 – 6000 Charleroi Abraham KEUSCH
29 octobre 2014 Rue de l'Energie, 64 – 6001 Marcinelle Michel WISLITSKI
29 octobre 2014 Rue de l'Energie, 64 – 6001 Marcinelle Frymeta GINSBERG
15 février 2015 Rue de la Régence, 65 – 6000 Charleroi Josek MACHNOWSKI



Vous disposez d'informations complémentaires sur ce sujet ?
Partagez les !

Lacroix francoise



Sat April 11, 2015
new comment

Ce serait sympa de prévoir un petit hommage à la mémoire d'André Lambotte (mon grand oncle en fait ) il à été décapité a la fin de la guerre. très actifpour la ville de charleroi armée secrète et presse clandestine. la création de la piscine de la ville c'est lui (entre autres choses d'ailleurs) Merci pour ce travail de mémoire de notre patrimoine et bravo pour cette belle énergie
Françoise Lacroix

  • Tous les champs doivent être complétés. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée ;
  • Les commentaires ne sont publiés qu'après avoir été validés par le modérateur du site; un délai de quelques heures est donc parfois nécessaire avant que votre commentaire n'apparaisse sur le site. Les commentaires qui ne seront pas publiés seront définitivement supprimés.
  • Seuls les commentaires à valeur ajoutée seront publiés ; aucun commentaire à caractère discriminatoire ne sera publié.

 

Contact | A propos de ce site | Tous les sujets | A la recherche de documents... | Portail non-officiel sur Charleroi |© www.charleroi-decouverte.be 2007 - .... | Version 5
Licence Creative Commons
Charleroi Découverte! est mis à disposition selon les termes de la
licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 Belgique.