Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Mémoire et monuments » Statue de Jules Destrée

Statue de Jules Destrée


Commune : Charleroi
Type : Statuaire
Localisation physique : Voirie
Année/période d'inauguration : 1957
Type de commémoration :Personnalité/Notable
Artiste(s)/auteur(s) : Alphonse Darville
Coordonnées : 50.4101246 N, 4.4431611 E

 

DESCRIPTION

Au carrefour formé avec la rue de la Montagne et le boulevard de l’Yser se dresse depuis 1957 une statue monumentale de l’avocat et homme politique Jules Destrée, réalisée par Alphonse Darville. Figurant parmi les premiers parlementaires du Parti ouvrier belge, Destrée est acquis à la cause sociale et à la défense des plus faibles, et est notamment à la base du développement de l'instruction dans la classe ouvrière.

C’est le député provincial du Hainaut René Thône qui lance l’idée d’un monument en l’honneur de Jules Destrée. Sur un socle de pierre bleue où est gravé « À Jules Destrée », l'effigie de bronze doré, œuvre d’Alphonse Darville, est inaugurée le 23 juin 1957 en présence du Roi Baudouin, de plusieurs ministres (Léo Collard, Edmond Leburton et Hendrik Fayat), du gouverneur de la Province du Hainaut Emile Cornez, de Max Buset, président du parti socialiste, d'Octave Pinkers, bourgmestre de Charleroi, de parlementaires, de dignitaires de l'armée, de la Justice, de plusieurs consuls,... et de nombreux autres notables de la région1.

Dans son discours, M. Collard évoque la personnalité de Jules Destrée : « Avocat, orateur (l'un des plus grands que nous ayons eus), critique d'art, journaliste, écrivain, leader politique, diplomate, député, Jules Destrée fut ministre des Sciences et des Arts pendant des années, de décembre 1919 à octobre 1921.

On a dit très souvent de ce que lui doivent les sciences, les lettres et les arts, et c'est justice. Mais ce serait injuste d'oublier ce qu'a fait Destrée pour l'instruction et la formation de la jeunesse.

A trente-cinq années de distance, on ne peut qu'admirer la clairvoyance d'un homme qui, en même temps qu'il était un esthète raffiné, était guidé, dans toute sa vie active, par une conviction démocratique profonde. »

La statue représente Jules Destrée debout, une main en poche, l’autre légèrement en avant, incitant au dialogue. L’emplacement sélectionné pour accueillir le monument n’est pas le fruit du hasard : il faisait anciennement face au Palais du Peuple (coin Montagne /Yser, démoli dans les années 1980) que fréquentait Destrée, et se situait à quelques pas de l’ancien Palais de Justice (démoli en 1971-1972), où Destrée exerça son métier d’avocat. Réaménagé en 2013, les abords du monument sont toujours aujourd’hui un lieu de rassemblement pour le Mouvement wallon, et une étape indispensable lors des Fêtes de Wallonie.

Jules Destrée, homme politique (1863 - 1936†)

Jules Destrée est né à Marcinelle le 21 août 1863, fils d'un ingénieur-chimiste, dans une famille qui se voulait proche du peuple, de ses problèmes et de ses injustices.

Précoce, il décroche son diplôme de Docteur en Droit à l'Université Libre de Bruxelles en 1883, à l'âge de seulement 20 ans. En 1886, il publie son premier livre, Lettres à Jeanne, et devient également très actif dans le monde juridique et politique.

En 1886, cent à cent-cinquante mille ouvriers se révoltent en Belgique, détruisant les outils de production, ainsi que de nombreux biens appartenant aux dirigeants des usines. Pour lutter contre les révoltés, cinquante mille hommes sont mobilisés. Jules Destrée défendra les délégués syndicaux de l'Union ouvrière devant le tribunal. En 1887, il rencontre Marie Danse et ils se marient à Mons deux ans plus tard, le 10 août 1889.

En 1892, il crée la Fédération démocratique de Charleroi afin d'unir les ouvriers dans une lutte pour le suffrage universel. Il ne tarde pas à être élu député à la Chambre des Représentants, en 1894, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort, en 1936. Jules Destrée est alors un homme politique, un avocat, un écrivain, et un défenseur du peuple, en défendant le socialisme. Défenseurs des droits sociaux, il écrit en 1904 un Code du travail, et fonde l'année suivante les Universités populaires, permettant une meilleure instruction.

Wallon et fédéraliste avant tout (il écrit sa célèbre Lettre au Roi sur la séparation de la Wallonie et de la Flandre le 15 août 1912), Jules Destrée se bat pour une identité wallonne, proche de la culture française, mais également pour une Wallonie prospère en mettant en valeur son patrimoine et son savoir-faire. Il est ainsi à l'origine du groupe organisateur de l'Exposition de Charleroi de 1911. Il ne cachait pas ses idées fédéralistes, et souhaitait la création des Etats-Unis d'Europe.

En 1911, il fonde la Société des Amis de l'art wallon. En 1912, le premier parlement wallon est constitué sous son impulsion : l'Assemblée Wallonne voit le jour, mais elle n'est pas reconnue comme organe officiel.

Après la première guerre mondiale, il devient Ministre des Sciences et des Arts entre 1919 et 1921, période durant laquelle il peut exprimer son amour pour l'art, et fonde, en 1921, l'Académie royale de Langue et de Littérature françaises.

Il fonde également le Fonds des mieux doués pour permettre aux enfants doués provenant de milieux non aisés de continuer leur éducation. Dans le monde de la culture, il est actif en faveur des artistes, des œuvres d'art, et des bibliothèques publiques.

Jules Destrée décède à Bruxelles le 2 janvier 1936, âgé de 73 ans ; il repose au cimetière de Marcinelle.

NOTES :  

(1) : Le Soir, 24/06/1957 

INSCRIPTION(S)

A JULES DESTREE

CONTENU MULTIMEDIA

POUR Y ACCEDER




Monument à Jules Destrée
Croisement rue de la Montagne / boulevards de l'Yser et Audent
6000 Charleroi

Métro Parc / Ouest
Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !