Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Galeries photos » Ancien charbonnage du Martinet

Ancien charbonnage du Martinet


    Description

    Quelques vestiges subsistent, témoignant de l'intense activité minière que connut le charbonnage du Martinet. Situé rue de Marchienne, à la limite entre Roux et Monceau-Sur-Sambre, la première trace d'exploitation du Martinet remonte à 1722.

    Exploitation modeste, le Martinet va, malgré lui, devenir idéalement situé : le canal de Charleroi à Bruxelles est inauguré en 1832 à proximité immédiate du charbonnage. Quelques années plus tard, les voies de chemin de fer vers Bruxelles et d'autres grandes villes voisinent le site. Ceci n’empêche pas sa faillite :le Martinet est mis en liquidation, et racheté en 1852 par les Charbonnages de Monceau-Fontaine.

    En 1929, un Triage Lavoir Central (« TLC ») est érigé sur le site afin de procéder en un lieu unique au tri du charbon extrait de différents puits de Monceau-Fontaine. Il avait au début de son fonctionnement la réputation d'être le plus performant d'Europe. La centralisation et l’acheminement du charbon jusqu’au TLC s’effectuait de différentes façons à partir des puits de la société : directement par wagonnets, par ligne aérienne, ou par chemin de fer. En 1936, on y adjoint une fabrique de boulets et de briquettes.

    Lors de son apogée, le site accueil 1.200 ouvriers et 10.000 tonnes de charbon sont extraits quotidiennement du puits n°4 de Monceau-Fontaine (Martinet). Le siège est l’un des plus importants de la société.

    La fermeture, par étapes, de la fosse, de la fabrique de boulets et briquettes et du TLC s’échelonne de 1969 à 1978. Le TLC, toujours alimenté par d’autres puits de Monceau-Fontaine, ferme à la fin des années 70 ; sa démolition ne tarde pas. 
    Dès 1976, le comité de quartier du Martinet se mobilise pour préserver ses terrils, menacés d’exploitation pour y récupérer les résidus de charbon. Il faudra attendre 1995, et des années de mobilisation, pour que les terrils soient classés par la Région Wallonne. Si le châssis à molettes du puits principal est démoli en 1995, plusieurs autres structures industrielles subsistent, laissées à l’abandon. Le comité de quartier poursuit néanmoins ses actions pour la réhabilitation du site.

    Menés dans le cadre des Plans Marshall, des travaux de d’assainissement, de réhabilitation et de sécurisation sont réalisés entre 2010 et 2013. Plusieurs bâtiments sont en partie rénovés, et attendent aujourd’hui une réaffectation.

    Galerie


 
 
Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Dernier article




Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !