Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine d'origine religieux » L'Eglise de la Dormition

L'Eglise de la Dormition


En mai 1682, une statue de la Vierge tenant Jésus dans ses bras est découverte à Charleroi sur les remparts nord-ouest, déposée dans une niche formée par les branches d'un arbre du rempart. Cette découverte a lieu à l'emplacement des numéros 28 et 30 de la rue du Beffroi ; elle donnera naissance au culte de Notre-Dame au Rempart.

Extérieur de la chapelle, devenue Eglise de la Dormition

Afin d’abriter la Vierge comme il se doit, une première chapelle est construite sur les remparts, au lieu même de la découverte de la statue. Le 2 juillet 1682 est inaugurée la petite chapelle, grâce aux dons de Don Juan de la Paz Tementio, gouverneur de Charleroi, et de Don Juan Antoine Sarmiento y Camudio. La Vierge reste dans la chapelle jusqu’au 29 septembre 1816, date à laquelle elle est transférée dans l'église Saint-Christophe, dans l'attente d'une nouvelle chapelle. En effet, les hollandais ont décidé de refortifier Charleroi ; ces travaux nécessitent la démolition de la chapelle de Notre-Dame au Rempart. En 1819, l’édifice est détruit ; certains matériaux sont néanmoins récupérés.

En 1819, le roi Guillaume des Pays-Bas accorde un terrain pour reconstruire une nouvelle chapelle, en plus d'un subside de 800 francs pour l'expropriation :

Nous Guillaume, par la grâce de Dieu, roi des Pays Bas, etc., etc. Avons arrêté et arrêtons:
Il est accordé, pour la reconstruction de la chapelle dite Notre-Dame-du-Rempart, à Charleroi, une pièce de terre, grande de 10 aunes carrées, aboutissant du midi à la petite rue, vis- à-vis la porte de derrière de l'auberge du Lion d'or, du couchant au point qui sera fixé vers le rempart, du nord à l'alignement de droite de la maison des héritiers Leriche et du levant au derrière de cette maison.
Le Commissaire général de la guerre et le Directeur général des affaires du culte catholique sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté. La Haye, le 31 juillet 1819. Signé Guillaume.
Pour copie conforme, le Gouverneur de la province du Hainaut.
Le Chevalier de Boussy.

La première pierre est posée le 30 août 1819. La reconstruction est possible grâce aux dons de fidèles, notamment ceux de Pierre Mayence. Deux pierres de la chapelle originelle sont replacées de chaque côté de l’entrée. Celles-ci rendent hommage aux dons qu’avaient fait Don Juan de la Paz Tementio et Don Juan Antoine Sarmiento y Camudio ; leurs armoiries respectives y étaient gravées mais les révolutionnaires français les firent cependant disparaître, un décret de 1798 ordonnant l'effacement des armoiries des édifices publics.

Le 1er juin 1820, le curé de la Ville-Haute Maximilien Ponlot, assisté des curés de la Ville-Basse et de Dampremy, bénît la chapelle. La statue de la Vierge y est déposée le 11 juin 1820.

Le nom de Pierre Mayence est intimement lié à celui de la chapelle. Il fut notamment marguillier de la paroisse, mais également président de la fabrique d'église de la Ville-Haute. Il fut également président du Bureau de Bienfaisance de Charleroi. Intervenu lors de la construction de la nouvelle chapelle, ses dons permettent également en 1847 la construction d’un dôme à huit colonnes, et le placement d’une cloche. Via son testament, il souhaitait léguer de multiples biens, notamment des habitations, à la fabrique d’église de la Ville-Haute, et ce, afin de garantir l’entretien de la chapelle et son fonctionnement. Les revenus de la location des habitations transmises en héritage permettait le financement de la chapelle. Cependant, divers vices et réclamations firent que les derniers souhaits de Pierre Mayence ne furent pas rencontrés. Son rôle et implication dans le fonctionnement de la chapelle expliquent que celle-ci est parfois renseignée sous l'appellation Chapelle Mayence.

En 1908, un nouvel édifice, plus spacieux, est bâti pour Notre-Dame au Rempart sur l’actuel boulevard de l’Yser.

Après la seconde guerre mondiale, de nombreux ukrainiens arrivent ou reviennent en Belgique, à la recherche de travail dans les industries et les charbonnages. Une communauté orthodoxe importante se forme à Charleroi, et celle-ci se met à la recherche d’un lieu permettant la pratique de leur culte. L'ancienne chapelle, consacrée entre-temps à Sainte-Anne, leur est cédée pour 99 ans. Des transformations intérieures sont effectuées par les fidèles, et à la fin des années 40-début des années 50, l’édifice devient un lieu de culte orthodoxe : l'Eglise de la Dormition.


POUR Y ACCEDER

Eglise de la Dormition
Rue de la Chapelle, 6
6000 Charleroi

Métro Beaux-Arts

CONTENU MULTIMEDIA


LIENS

Pas de liens

ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE

Pas de références actuellement

LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !