Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Patrimoine » Patrimoine culturel » Chansons de Jacques Bertrand

Chansons de Jacques Bertrand


Jacques Bertrand. Illustration tirée du livre 'Chansons populaires du Pays de Charleroi' / BERTRAND, Jacques. Charleroi : Oscar Destatte, S.d.

Chansonnier carolorégien, Jacques Bertrand (1817 - 1884†) est l'auteur de dizaines de chansons qui illustrent la vie quotidienne des carolos au XIXième siècle. Si beaucoup sont aujourd'hui oubliées, certaines traversent le temps et restent connues par de nombreux carolorégiens. Bertrand est également l'auteur d'un air qui deviendra l'hymne de la région : « Pays de Charleroi ».

 

 

 

 

 

« Pays de Charleroi » 

 PREMIER COUPLET

J'ai de maintes cités,
Contemplé les merveilles,
Leurs palais tant vantés
Aux splendeurs sans pareilles,
De ces beaux monuments,
Admirant la structure,
Je regrettais nos champs,
Et leur verte parure
Qu'annonce le printemps.

REFRAIN

Pays de Charleroi
C'est toi que je préfère,
Le plus beau coin de terre
A mes yeux, oui, c’est toi (bis)

DEUXIEME COUPLET

Sous les prés verdoyants
Que la Sambre caresse
Sous des bosquets riants
Plein de chants d'allégresse,
Gît le sombre charbon,
Ce pain de l’industrie,
Que le mineur wallon,
Si cher à la Patrie,
Extrait du puits profond. (refrain)

TROISIEME COUPLET

J'aime les hauts-fourneaux
Flamboyant dans la brume
Et le bruit des marteaux
Résonnant sur l'enclume,
J'aime ces travailleurs
Animant nos rivages,
Et le chant des mineurs
Egayant nos villages
Apres leurs durs labeurs. (refrain)

QUATRIEME COUPLET

La nuit, j'aime ces feux
Près de chaque houillère,
Et quand l'éclair joyeux
Jaillit des fours à verre, 
Verrier, à leur clarté,
J'admire ton courage,
Tu sais avec fierté
Egayer ton ouvrage
D'un chant de liberté. (refrain)

CINQUIEME COUPLET

J'aime à voir réunis
Au jour de la quinzaine,
Les enfants du pays
Buvant à chope pleine
La bière coule à flots,
Pétillante et mousseuse,
J'aime le bruit des pots,
Et la chanson joyeuse
Qui fait dire aux échos. (refrain)

 

Couverture de la partition de Pays de Charleroi, par Jacques Bertrand

« El Quézenne au Mambour » (ou « La jolie fille du Mambourg »)

PREMIER COUPLET

Savèz bén qu’yêr èl gârçon du fourrier,
L’frére à Fifine,
L’galant Céline,
Nos a minnès au salon du Lancier,
Où d’jé r’trouvè m’n-amoureûs calonier.
Dj’é dansè sins manquer 'ne quadrîye,
Dj’é valsè qu’dj’in seû co stoûrdîye,
Vos aurîz dit qu’tout skètèt dins l’Faubourg,
C’ét djustèmint èl quénzène au Mambour.

REFRAIN 

Tra dèri dèri dèra,
M'jouwissance,
Mi, c'est l'danse ! 
Tra dèri dèri dèra, 
Vîve èl danse au son du boum la la ! (bis)

DEUXIEME COUPLET

Dji sé valser, l'on m'aprind tous les djoûs,
Après m'djoûrnéye,
Al Mau lâvéye ; 
Dji pou valser dissus in quaut'ron d'oûs,
Dj'n'in cass'ré pont tél'mint qui dj'é l'pas doûs. 
Yène, deûs, trwès, dji conè l'mèsure,
M'galant m'dit qui dj'é 'ne fiêre tournure.
Més qué pléji, qu'i fét guéy' au Faubourg,
Surtout quand c'est èl quénzène au Mambour.

TROISIEME COUPLET

Dj'é dîj-wit ans dispûs l'djoû Saint-Crèpin,
In bia visâdje,
In fén côrsâdje,
In bia p'tit pîd tchaussi d'in fén scrèpin,
Des îs bén nwêrs, ène pia come in satin.
Chakin m'dit : « T'ès-t-ène èwaréye ! »
On dit ça pace qui dji seû guéye.
Quî nè l's'rèt nén quand on z-est du Faubourg
Et qui c'est l'djoû dèl quénzène au Mambour.

QUATRIEME COUPLET

Toudis l'promêre au son du viyolon,
Dissus l'danse,
Mi, dji m'lance ;
Si m'vis-a-vis r'çwêt in coûp di m'talon,
Dj'vos l'fou su s'ponse aussi long qu'il est long.
Si l'gayârd èm'lance ène calote,
M'galant l'prind pau fond di s'culote.
I faurèt vîr come on s'cougne au Faubourg,
Tous les djoûs qu'c'est èl quénzène au Mambour.

CINQUIEME COUPLET

On djoke èl danse, i pouvèt yèsse mèyenût.
V'la qu'al ronde,
Chakin tchonte.
Alôrs on r'va, més dins l'brouyârd dèl nût,
Dins no djardin, dji tché su in cabu.
Em'vî pa, m'wèyant machuréye,
M'a r'tanè, qu'dj'in seû stoumakéye.
Més mi dj'm'è fou, téns, dj'vourè pou l'Faubourg,
Qu'tous les wit' djoûs ç's'rèt quénzène au Mambour. 

 

Le Charbonnage du Mambourg, Porte de Waterloo. Détail d'une carte postale ancienne, Edition du Grand Bazar de la Bourse

« Sintèz come èm'coeûr bat » (ou « Lolote »)

PREMIER COUPLET

Su l'bôrd dè Sambe, èt pièrdu dins l'fuméye,
Wèyéz Couyèt avè s'clotchî crawyeû ?
C'est la qu'dèmeure èm'matante Dorotéye,
Veûve dè m'mon-onke Andriyin du Crosteû.
A s'neuve méso, nos avons fét ribote,
Lundi passè, tout en pindant l'crama.
Pou l'preumî coûp, c'est là qu'dj'é vu Lolote.
Rén qu'd'i pinser, sintèz come èm'coeûr bat. (bis)

DEUXIEME COUPLET

Gn-avèt drola les pus guéy's du vilâdje.
En fét d'couméres, on n'avèt qu'a chwèsi.
On a r'cinè, a l'ombe, pa d'zous l'fouyâdje,
Dèvant l'méso, dèlé l'gros cèréjî.
Em'boune matante a dèl biêre en boutêye.
C'n'est nén l'fârô qu'est jamés si bon qu'ça.
Dins s'chique, Lolote èstèt si bén vèrmêye,
Qu'rén d'i pinser, sintèz come èm'coeûr bat. (bis)

TROISIEME COUPLET

I d-alèt mieus, les panses èstant rimplîyes,
Djan l'Blanchisseû tinguèle ès'viyolon
Et dit : «Z-èfants, nos avons ci des fîyes
Qui n'dèmand'nut qu'a danser l'rigodon.»
Ah ! qué pléji ! Què Lolote ét contène !
Après l'quadrîye, on boute ène mazurka.
Djè triyanè en prèssant s'mwin dins l'mène.
Rén qu'd'i pinser, sintèz come èm'coeûr bat. (bis)

QUATRIEME COUPLET

V'la l'swêr vènu, pou danser chakin s'prèsse.
L'viyoloneû raclèt avec ardeûr.
L'biêre èt l'amour èm'fèyént toûrner l'tièsse.
Vint noms di ch'nik ! djè nadjè dins l'boneûr.
Més l'pa Lolote, en wèyant qu'èle m'embrasse,
D'in coûp d'chabot m'fét plondji dins l'pûria.
L'coumére ès' sauve èyèt mi, djè m'ramasse.
Ciel ! qué coûp d'pîd ! Sintèz come èm' coeûr bat. (bis)

CINQUIEME COUPLET

Djè m'souvénré du crama dè m'matante.
Dj'crwè qu'dj'é l'cripèt câssè ou bén dèsmis.
Djè prind des bains al vapeûr d'eûwe boulante,
Grignant les dints tous les coûps què dj'm'achîd.
Més quand dj'dèvrè skèter m'dérène culote,
En m'empwègnant avè s'mame èyè s'pa,
Putôt mori què d'viker sins Lolote.
Rén qu'd'i pinser, sintèz come èm'coeûr bat. (bis)

 

Le clotchî crawyeû de Couillet. Lorsque Bertrand écrit son texte, Solvay vient de construire à proximité sa toute première installation industrielle.

« El Ducasse du Bos » 

REFRAIN

Ah! pour mi, qué djoûrnéye.
Qui f’yèt bon drî l’uréye !
Al ducace du bos,
Dj’îré co, dj’îré co.
Al ducace du bos,
Dj’îré co, dj’îré co.
 
PREMIER COUPLET

Avè m’galant Ignace,
Dj’é stî yêr al ducace
A Notre-Dame-au-Bos;
On s’amûsèt d’asto.
Gârçons èt djonnès fîyes,
Dèssus les yèbes florîyes,
Fèyént des rigodons
Au son des viyolons.
(Refrain)

DEUXIEME COUPLET

Quand l’danse a stî finîye,
Ignace èm’dit : « Lalîye,
Alèsons nos r’pôser ;
T’as dandji d’t’èrsoufler.»
Alôrs, toudis sins rîre,
I n’djokèt nén dè m’dîre
Què ça s’rèt toudis mi
Qu’i vîret l’pus voltî.
(Refrain)

TROISIEME COUPLET

L’baragwin dèl fauvète
Et l’doûs tchant d’l’auluwète
Vènît nos raguéyi.
Joûr de Dieu, qué pléji!
Et pwîs, au fond dèl taye,
Tout près d’in gros sto d’aye,
I coudèt du muguet
Qui foûrèt dins m’côrset.
(Refrain)

QUATRIEME COUPLET

Al fin, dins mes deûs djambes,
V’la bén qui m’prind des crampes.
Dj’è n’savè pus mârchi.
Ignace ét las’ oussi.
Més dj’intind co l’musique :
Malgrè toute èm’fatigue,
Djè radaye squ’au matin
Au bal dèl tchausse qui pind.
(Refrain)

 

La Chapelle Notre-Dame au Bois, où une ducasse se déroulait à côté de la chapelle. Elle devient rapidement l’une des plus courues et des plus importantes de la région.

 


Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Dernier article




Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !