Histoire(s) & patrimoine
de Charleroi
Page : Home » Histoire des rues » Rue du Collège

Rue du Collège


La rue du Collège fut tracée en 1837 dans les jardins de l’ancien Couvent des Capucins, édifié en 1681 sur un terrain offert à la communauté religieuse par le roi d’Espagne Charles II. Une église y est adjointe vers 1688-89. L’ensemble est vendu comme bien national par les républicains en 1796.

Plaque à Ferdinand Davaux

En 1803, les autorités communales investissent l’ancien Couvent. Outre l’Hôtel de Ville, la commune établit un peu plus tard dans une partie des bâtiments une école secondaire pour jeunes gens (un collège communal) ainsi qu’une maison d’occupation pour jeunes filles. L’école secondaire décline cependant rapidement, de nombreux jeunes gens étant enrôlés dans les armées napoléoniennes ; l’établissement disparaît en 1811. Un nouveau collège communal y est établi en 1845 ; il devient Athénée en 1881 et y reste jusqu’en 1887, année de son déménagement dans de nouveaux bâtiments situés sur le boulevard Devreux. L'établissement prendra bien plus tard le nom d'Athénée Royal Ernest Solvay.

En 1837, les autorités décident de tracer dans les anciens jardins du Couvent une nouvelle artère. Elles étaient alors à la recherche de terrains bâtissables à l'intérieur de la forteresse afin d'accueillir de nouveaux habitants. A son amorce à la rue de Marchienne, la première section de la rue du Collège forme un coude, contournant les bâtiments du Couvent ; à la hauteur du Collège communal, la voirie oblique pour se poursuivre de manière rectiligne. Cette nouvelle rue prend pour un temps le nom de « Rue Neuve du Collège ». Le 30 juin 1860, elle devient officiellement « Rue du Collège ».

En 1843, Charleroi est raccordée au réseau ferré belge. Les trains marquent une halte à la Ville-Basse, à proximité du canal de dérivation de la Sambre. L’arrivée du chemin de fer en ville et le positionnement de la gare principale à la Ville-Basse va transformer celle-ci en un pôle commerçant. Le rue du Collège va permettre de relier facilement le cœur de la Ville-Basse et la gare principale ; rapidement, elle va prendre un essor considérable et devenir l’une des rues les plus commerçantes et les plus vivantes de Charleroi.

En 1874, une navette sur rail circule entre la Gare du Sud et la rue de Marcinelle, empruntant la rue du Collège et la place de la Ville-Basse. Tirée par des chevaux, elle transporte passagers et marchandises.

Le 19 mars 1878 naît dans l’actuel n°5 un chansonnier wallon dont le souvenir s'efface. Ferdinand Davaux fut pourtant une grande figure de la vie folklorique de Charleroi. En témoigne la pose d’une plaque commémorative sur sa maison natale et la création d’un Géant de Charleroi le représentant, en 1957.

Les bureaux du « Journal de Charleroi », propriété de la famille Bufquin des Essarts, étaient établis rue du Collège. Rimbaud tenta de s’y faire engager comme journaliste, mais ses propos non-conformistes et sa tenue débrayée dissuadèrent Louis-Xavier Bufquin des Essarts de l’engager. Les anciens bureaux du Journal, remis au goût du jour dans le style moderniste au début du XXième siècle, furent démolis en 2013 dans le cadre de « Rive Gauche ».

C’est également dans la rue du Collège que se trouvait l’un des premiers cinémas de la région, ouvert avant la première guerre mondiale : le « Palace-Attractions ». Le lieu connu ensuite diverses affectations, et devint par après le café « Au Roy ».

Rue du Collège, avant les démolitions pour Rive Gauche

Dans les années 1960, un nouveau type de supermarché s’inspirant de la technique du discount s’y ouvre sous l’enseigne « GRO », dépendant du groupe Louis Delhaize. C’est à la même époque que l’Hôtel de l’Europe, situé au coin des rues du Collège et du Commerce, fut démoli et remplacé par un building, le « Centre Europe ».

Dans les années 2000, les projets d’implantation d’un centre commercial à la Ville-Basse se concrétisent. Le projet se concentre sur le quadrilatère formé par la place Albert Ier, et les rues Puissant d’Agimont, Léopold et du Collège. Pour la seule rue du Collège, se sont environ une dizaine de bâtiments qui sont condamnés à disparaître sur son côté est pour faire place au centre « Rive Gauche ». En parallèle se déroulent les projets Phénix, qui condamnent également deux bâtiments du bâti ouest afin de permettre la création d’une percée sur la rue de Marchienne. Les expropriations provoquent la fermeture de nombreux commerces et une diminution importante de l’attractivité de la rue, débouchant sur la fermeture d’autres enseignes. L’ouverture du centre commercial « Rive Gauche » devrait redonner vie à la rue, jadis l’une des plus commerçantes de Charleroi. Stratégiquement positionnée, reliant la gare au coeur de la Ville-Basse et longeant un centre commercial, la rue du Collège devrait renaître de ses cendres après plusieurs longues années de triste léthargie.

Du Couvent des Capucins et de ses dépendances, il ne reste aujourd'hui rien, sinon que des souvenirs. Ses jardins ont fait place à la rue du Collège ; son église, devenue paroissiale en 1804, était devenue trop petite pour accueillir les fidèles. L'ancienne église est démolie et remplacée par l’actuelle Eglise Saint-Antoine en 1828. Quant aux autres bâtiments, ils furent également démolis afin de permettre la construction du Passage de la Bourse, en 1892.



CONTENU MULTIMEDIA


ORIENTATION BIBLIOGRAPHIQUE


LOCALISATION

Catégories


Patrimoine

Histoire

Biographies

Histoire des rues

Retour vers le passé

Galeries photos

Bibliographie


Derniers articles






Suivez également le site sur Facebook, pour prendre connaissance des derniers sujets postés, et bien plus !